HISTORIQUE DE L'ÉCHANGEUR TURCOT
historiqueLe 25 avril 1967, en présence de messieurs Daniel Johnson, premier-ministre du Québec, Jean Drapeau, maire de Montréal et Georges James McIlraith, ministre fédéral des Travaux publics, l’échangeur Turcot s'ouvrait à la circulation. Cet immense « spaghetti » routier est admiré autant pour son utilité que pour son côté spectaculaire.

« Les automobilistes circuleront à une hauteur moyenne de 60 pieds au-dessus de la cour ferroviaire Turcot et cette élévation ira même juqu’à cent pieds en un point particulier du carrefour. Dans un rayon d’environ mille pieds, ses pistes de roulement à sens unique, placées bout à bout, totalisent une distance de 4,5 milles. Pour construire cette plaque tournante de circulation unique en Amérique, il aura fallu 220,000 verges cubes de béton et 21,000 tonnes d’acier. » (Ministère de la Voirie, 1967). Le tout a coûté à l’époque un peu plus de 24,000,000 $ répartis entre les différents paliers gouvernementaux.

L’ingénierie québécoise commençait à s’affirmer avec cette réalisation et avec celle, entre autres, de Manic 5. Aujourd’hui, elle est reconnue mondialement. L’échangeur Turcot pourrait de nouveau, 50 ans plus tard, être encore un moteur de la création québécoise, avec le projet Méandres Urbains Essentiels.

Accueil

Dernière nouvelle

Qui sommes-nous?

Localisation

Historique

Origine de l'idée

Le projet

Contexte artistique

Expertise de peinture

Les appuis

Médias

Contactez-nous

Crédits du site

Dossier PDF

Dossier PowerPoint
English